Modele photo

Modele photo: rémunération et salaire d’un modele photo

Partagez cet article!
  •  
  •  
  •  
  •  

 La rémunération d’un modele photo

Que vous soyez modele photo à vos heures perdues ou que vous souhaitiez devenir modele photo pour générer des revenus, vous devez respecter certaines règles.

En premier lieu, déclarez le moindre de vos revenus, aussi maigres soient-ils. Cette réalité vous évitera certaines déconvenues fiscales.

Il faut aussi apprendre à « se vendre » sans compromis, développer son réseau, se faire connaitre, choisir un pseudo, savoir choisir un photographe etc…

Mais comment aborder la notion propre de rémunération d’un modele photo en free lance, donc indépendante? Eléments de réponse.

Passer d’une activité amateur à une activité économique

remuneration modele photo-salaire modele photo freelance.

Un modele photo « d’un jour » va réaliser des projets ponctuels, si ce n’est une seule et unique fois.

Très souvent, ce modèle photo choisira son photographe par coup de cœur.

Ensuite, si la démarche du photographe et le feeling sont en plus au rendez-vous, le projet pourra suivre son cours jusqu’à son terme.

Toutefois, qu’en est-il d’un modele photo qui souhaite développer une activité et se faire rémunérer pour son temps de pose (au lieu de payer le photographe)?

Se faire rémunérer comme modele photo et en vivre

Comment trouver le juste équilibre entre le soucis de la qualité, de l’originalité, et la réalité financière?

Certains modeles sont très sollicitées. A force d’enchaîner les shooting photo, obtenir des photos toutes plus belles les unes que les autres ne suffit plus.

Dans le cadre d’une activité secondaire, la proportion investissement/rémunération les fragilise.

De fait, elles ont envie de passer au stade supérieur et envisage donc de vivre exclusivement de leur activité.

C’est une suite logique et légitime.

Un modele photo peut se faire rémunérer de plusieurs manières. Par exemple lors de shooting photo (photographes amateurs, pro, campagnes de pub, etc….), lors de worshop, dans des écoles d’art, etc…

Trouvez la plus adaptée à votre cas. La seule règle à respecter est de déclarer ses revenus à l’organisme dédié.

La rémunération d’un modele photo: justifiée ou pas?

remuneration modele photo-salaire modele photo freelance.

Bien sûr qu’elle l’est, surtout si vous-même estimez qu’elle l’est.

Elle est même indispensable à terme, mais vous allez devoir changer de cible. Mieux, vous allez devoir vous « markéter ». Les demandes seront aussi moins nombreuses!

Cependant, pour que  le photographe les acceptent sans sourciller, respectez certaines règles de bon sens.

Basons-nous sur 3 plate-formes spécialisée modele photo et photographes (book.fr, focale31.com et bookfoto.com). On y trouve généralement 2 formes de conditions de pose:

  • de la collaboration (temps de pose contre photo, sans échanges financiers entre « non pro », sinon assimilé à un travail dissimulé donc interdit par la loi),
  • de la rémunération.

Il y a bien évidemment les réseaux sociaux qui peuvent être une grande source pour développer son réseau et vous ouvrir de nombreuses portes.

Mais là plus qu’ailleurs il convient d’être vigilant.

La collaboration  permet à chacun d’obtenir un résultat sans débourser le moindre sous. C’est une vision primaire. En effet, la gratuité n’existe pas. Si quelque chose est affiché « gratuit’, c’est que vous êtes le produit!

Souvenez-vous toujours que si l’un des deux est professionnel, cette pratique s’assimile à du travail dissimulé, ou du black en d’autres termes. Je ne saurai donc la conseiller.

Pourquoi un photographe accepte de payer un modele photo

Pour certains photographes, rémunérer un modele photo est envisageable pour des compétences particulières ou un look très spécial. Exemple pour ma part: une contorsionniste, des acrobates, etc…). 

Pour de très nombreux autres, c’est inenvisageable.

Personnellement, je considère que si on veut un modele photo et pas un autre, il faut s’avoir reconnaître son travail et se donner les moyens de ses objectifs.

Je ne suis pas adepte de certains interminables discours de photographes. Pourtant oui le matériel a un coût. Oui la post production prend des dizaines d’heures.

Je pense qu’il faut assumer ses passions. Si on en vient à ce genre de discours, il faut peut être revoir son fonctionnement. Eventuellement cibler les modeles qui débutent.

Je justifie mes propos par un argument de poids : c’est exactement ce que j’ai fait, et ça n’a pas été simple. 

J’ai mis 2 ans à faire en sorte que cette passion prenne un sens commercial sans concession sur la partie artistique. 

La photo artistique est mon métier, et j’en suis particulièrement fier!

Pourquoi un photographe refuse un projet?

Revenons à nos modeles photo: la plupart des photographes sont plus réticents quant à payer un temps de pose, et donc à envisager un projet, dans 2 cas de figure :

  • si le modele photo n’a aucun book hormis quelques images prises « au smartphone dans sa salle de bain ». Dans cet exemple, le modele indique qu’elle n’a jamais fait de shooting
  • si le modele photo n’a pas -vision subjective- de compétences particulières, et juste des arguments « physiques » (au sens social du terme).

Quand un photographe observe un book, c’est avec un regard de photographe! Il fait la différence entre le traitement de l’image, la composition, et l’expression du modele photo.

Il cherche sa plus valu et se demande toujours si cette photo aurait été possible avec une autre personne.

Si, quelques soient la qualité des images présentes dans le book, il a la sensation que tout ou partie du travail artistique est avant tout lié au photographe, alors il y a de grandes chances qu’il n’aille pas plus loin.

ATTENTION: je ne dis pas que la contrepartie financière demandée n’est pas justifiée. Quiconque demande ce qu’il veut et fixe ses conditions comme il le souhaite.

Demander une rémunération attire un certain type de photographes

remuneration modele photo-salaire modele photo freelance.

Un modele photo a le droit d’avoir peu de valeur ajoutée (aux yeux d’un photographe), pas de book,  et pour autant demander une rémunération.

Il n’est pas question ici de juger, car chacun fait ce qu’il veut, du moment que la loi est respectée et que ce travail est déclaré!

Seulement voilà, il y a une contrepartie.

Si vous êtes modele photo exigeant une rémunération, vous avez certainement été confrontée à des demandes sans aucun intérêt.

C’est encore plus vrai si vous êtes modele photo de nu, modele photo érotique ou modele photo de charme. Il y a un aspect intime qui peut attirer toute une faune de « faux-tographes« , pas forcément bien intentionnés.

Et oui, c’est logique. Un artiste qui fait du bon travail (et qui le sait) payera uniquement quelqu’un qui peut lui apporter quelque chose, voir souhaitera acceptera uniquement des projets où c’est qui lui qui percevra une rémunération.

Si je pouvais donner un conseil aux modeles photos, il serait simple: ne soyez pas pressés, et ne mettez pas la charrue avant les bœufs.

Si vous êtes bons dans ce que vous faites, alors le travail paiera.

Un bon photographe doit maîtriser de nombreux aspect autres que le « clic clic » de son appareil. Il en est de même pour un modele photo.

Il doit avant tout se considérer comme un metteur en scène et un réalisateur.

Un modele photo doit se considérer comme un acteur, capable de proposer ses expressions, capable d’exprimer ce que le photographe lui demande et d’aller au delà, capable de lui proposer son point de vue et sa personnalité.

Ca ne vous a pas échappé, à de rares expressions près, on ne devient pas acteur d’un claquement de doigt.

Il faut travailler, et encore travailler.

Alors, quelle rémunération pour un modele photo?

De 20€/h à 500€/h, je pense avoir vu beaucoup de choses différentes. Souvent justifiés ou totalement injustifiés, ces montants varient du tout au tout.

Alors, comment s’y retrouver?

Pour commencer, tout dépend du secteur : Faire du nu n’est pas la même chose que faire de la mode.

Poser pour un photographe qui va vendre ses photos à un magazine n’est pas la même chose que poser pour un photographe qui va exposer sans exploitation commerciale.

Idem s’il s’agit d’un photographe débutant qui ne publie rien ou qui n’a aucune audience.

Je vais me baser sur mon propre cas (de photographe, donc) pour répondre à cette question: le juste prix est avant tout celui que vous estimez correspondre le plus à vos compétences et à vous.

Il ne faut pas avoir honte de vendre ses prestations de modele photo plus cher, ou au contraire moins cher, que la généralité du marché. Ce marché ne doit vous servir qu’à titre indicatif.

Du moment que tous vos revenus sont déclarés, vous êtes dans les clous.

Posez vous cette question: combien valez-vous? Combien vaut votre prestation? Quelle plus valu avez-vous pouvant justifier un tarif plus élevé que la moyenne? Fixez-le, adaptez-le aux particularité des prestations, adoptez une stratégie commerciale et foncez!

Soyez optimiste, audacieux mais réaliste.  

Il faut simplement être en mesure d’assumer votre tarif.

Souvent vous devrez le justifier un minimum, notamment par un book, qui est une partie de votre cv artistique.


Partagez cet article!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
,
Article précédent
Modele photo : comment choisir un photographe
Article suivant
Modele photo : Se faire connaitre sur internet et développer sa notoriété

Articles liés

10 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Bonsoir,

    Vous mentionnez en début d’article qu’un photographe amateur peut rémunéré un modèle. Je serais curieux de savoir sous quelle forme ? D’autant plus si le dit modèle ne possède ni contrat agence, ni déclaration URSSAF.

    Par chéque, je ne vois pas comment un amateur peut décaisser. Quand au règlement de la mains à la mains, c’est illégal d’après mes souvenirs …

    Si vous pouviez m’expliquer comment vous voyez la chose ? (Ou alors j’ai raté un point législatif)

    Merci d’avance

    Répondre
    • Bonjour Dabe,
      Si le modèle ne déclare pas son activité ou ses revenus, alors effectivement la régler reviendrait à la payer de la main à la main sauf si cela concerne un éventuel défraiement lié au transport, à l’hébergement, etc…
      Le fait que le photographe amateur (au sens « non déclaré », donc simple particulier) lui paye une contrepartie, quelle qu’en soit la nature, ne l’engage finalement en rien.
      En effet, il n’est pas en mesure de savoir ce que le modele fera de cette contre partie, et donc de savoir si elle en fera bon usage au sens légal du terme. D’ailleurs ce n’est pas son problème.
      C’est un peu comme si vous régliez un article quelconque chez un commerçant et que ce dernier décidait, pour raison x ou y, de ne pas le faire rentrer dans la caisse. De son côté c’est illégal, mais le client ne peut en être tenu responsable.
      Quant au mode de règlement, ce point est généralement à décider en amont entre les protagonistes.
      Finalement ce que le modele fera d’un chèque (si c’est le mode de paiement choisi) la regarde elle, et uniquement elle. De votre côté, c’est le même exemple que pour la boutique. 😉

      Répondre
  • Bonjour Ghislain,

    Tout d’abord merci de votre réponse.

    En fait je suis photographe amateur. Si je fait poser un modèle également amateur, nous restons donc tous les deux dans l’amateurisme par définition.

    Comment dans ce cas un amateur pourrait percevoir une rémunération si il n’y a pas de contrat ? (Par contrat j’entends un cdd par exemple). Au niveau des impôts ça ne passe pas ou je me trompe ? D’ailleurs de n’est pas idem pour les transports et autres défraiements ?

    J’ai quelques vagues souvenirs de mes cours de droit, et il me semble me rappeler que d’amateur à amateur, aucun règlement n’est possible. Je reconnais que ces cours sont vraiment très loin (j’ai 55 ans …), que les textes ont certainement changés et que le droit, ce n’est pas mon métier.

    A moins que nous rentrions dans l’exemple du commerçant. Mais dans ce ça, ne faudrait-il pas que l’un des deux soit professionnelle ?

    La légalisation est souvent complexe … Merci pour ces précieux conseils et cet intéressant échange.

    Patrick Dabe

    Répondre
    • Bonjour Patrick,
      ma réponse va plutôt découler d’une réflexion de bon sens plutôt que de compétences juridiques, que je n’ai pas.
      Si besoin faites des recherches plus poussées auprès de spécialistes.
      Je ne vois pas le rapport avec le contrat. Tous mes clients payent mes prestations, mais aucun contrat n’est signé (hormis un contrat de diffusion, mais c’est autre chose).
      Quand vous allez acheter un produit en boutique, vous ne passez pas un contrat avec le marchand (sauf bien entendu tout ce qui concerne les garanties, mais là encore c’est différent).
      De manière générale, il me semble que l’état a une petite (petite!) souplesse en ce qui concerne des activités extra-ordinaires.
      J’entends par là qu’en cas de contrôle fiscal, je ne pense pas qu’un modele ait de problème s’il a reçu une petite somme, cela une fois dans l’année.
      En effet dans ce cas de figure, il est impossible de parler d’activité au sens professionnel, ou même amateur ++ du terme.
      Quant à lui payer son billet de train, de bus, ou son sandwich, nous parlons là de dédommagement: il n’y a pas enrichissement. Peut être que le droit ne l’autorise pas, mais je ne vois pas bien ce que l’on peut reprocher.
      C’est tout à votre honneur de vouloir faire les choses dans les règles.
      Toutefois, dans ce cas de figure, vous n’êtes qu’une des deux parties, et ne pouvez donc pas maîtriser tous les éléments de la chaîne.
      Je pense que vous devriez peut-être vous focaliser sur vous.
      Si vraiment vous voulez allez plus loin, alors:
      – demandez systématiquement le numéro de siret et le kbis voire la déclaration à la chambre des métiers pour vous assurer de la véracité du statut juridique de la personne que vous envisagez de rémunérer
      – n’acceptez que les règlements par chèque.
      Vous vous serez ainsi coupé de la plupart des modeles 😉
      S’il y a des survivantes, soyez conscient que vous ne pourrez jamais savoir ce que la personne va faire de votre argent.
      Cas échéant, « achevez » les dernières rescapées et exigez un facture 😉
      Là vous n’aurez plus que de vraies professionnelles.
      Encore une fois, si besoin faites des recherches plus poussées auprès de spécialistes. Je ne suis pas juriste, et cela fait bien longtemps que je ne paye plus mes modèles puisque c’est l’inverse qui se produit 😉
      Ces réponses sont juste ce que j’estime être du bon sens, mais je peux me tromper complètement.

      Répondre
  • Bonjour Ghislain,

    Merci une nouvelle fois de vos réponses.

    J’ai contacté l’URSSAF et les impôts afin d’en savoir un peu plus.

    Ils sont très clair sur le sujet. Autant dire que ça ne plaisante pas …

    – Modèle amateur et photographe amateur: aucune rémunération, aucun dédomagement. Uniquement de la pose contre photo.

    – Modèle amateur et photographe pro: idem

    – Modèle pro et photographe pro: rémunération et dédomagement

    En cas de contrôle (Et de faute), c’est assimiler à du travail au noir. Prison, amende et autre joyeusetés

    J’ai évoqué innocemment le statut d’auto-entrepreneur pour les modèles. Dans le fond pourquoi pas ? C’est un peu une prestation de service. On m’a répondu qu’effectivement le statut de modèle avait été de mise jusqu’à la mi juin 2014 avec ce statut, mais que depuis cette date, c’était terminer.

    J’ai connu un temps où un modèle amateur (Ou n’importe quel particulier), pouvait déclarer une certaine somme de revenus annexes annuellement. Là aussi, terminer …

    Je vais continuer à faire des photos d’insecte. Là au moins pas de soucis de contrat ou de rémunération, enfin pour le moment …

    Bon courage pour votre profession, ça ne doit pas être simple tous les jours !

    Patrick

    Répondre
    • Bonjour Patrick,
      merci de votre retour. Le discours au téléphone est bien entendu le plus strict possible, mais ces retours sont très instructifs.
      Pour la profession je ne sais pas, mais de mon côté pas de problème: je ne travaille pas gratuitement 😉
      A bientôt.

      Répondre
  • Bonjour
    Juridiquement le terme de modele photo n existe pas il n y a donc aucune statut
    Il y a des mannequins uniquement en agence et des modeles d art qui sont les seuls à pouvoir faire de la photo artistique comme du nu
    Je précise que le contrat de travail ou de collaboration est obligatoire
    Les modèles sont obligatoirement salariés puisque soumis à contrat de travail et ne peuvent pas être free lance interdiction du statut d autoentrepreneur depuis 2014 donc le seul moyen pour un photographe de rémunérer un modèle d art c est qUE le photographe soit déclaré avec numéro urssaf et qu il puisse salarier le modèle qui a obligatoirement un statut vacataire

    Répondre
    • Bonjour Nicolas,
      merci pour ce témoignage clair et très instructif, qui va certainement répondre à de très nombreuses questions que se posent des photographes débutants.

      Répondre
  • Bonjour je tiens à vous féliciter pour cet article qui peut faire ouvrir les yeux à beaucoup de modèles photo et aussi à beaucoup de photographes moi-même étant un modèle photo est un sportif de haut niveau Je trouve cet article très bien construit et très explicite sur la façon de faire et de procéder pour entrer dans ce milieu sportivement mathlawmodele

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu
Curabitur ut leo. Aenean porta. accumsan lectus eget elit.